Les méthodes de connexion des clients léger


Configurer des clients légers peut être une vrai partie de plaisir, surtout si votre parc comprend de vieux terminaux !

Afin d’éclaircir la situation, voici un billet sur les méthodes dont disposent les clients légers pour parcourir et se connecter à des applications Citrix.

 

Pour présenter les choses d’une manière la plus « générique » possible, je ne vais pas aborder les modes de configuration des clients légers, seulement les modes de connexion.

Peut importe donc si votre terminal est configuré à la main, via un serveur de gestion, ou par fichier de configuration…

 

Pour commencer, on peut distinguer deux générations de clients : celles qui disposent d’un client avec Agent Broker, capable de communiquer avec un serveur Web Interface (dans le cas d’une plateforme Citrix), et les générations plus anciennes, qui interrogent directement les serveurs Datacollectors Citrix.

 

1. Avec Agent Broker

Les clients légers disposant d’un client compatible avec un broker sont capables d’interroger un serveur Web Interface, et peuvent donc réaliser l’authentification pour fournir une liste d’applications à l’utilisateur.

Ce mode de fonctionnement permet de rendre dynamique la liste des applications disponibles, ainsi que les options de publication.

La configuration de l’agent peut être réalisée dans les options du clients (souvent dans le menu Connections ou Network). Il suffit d’y spécifier l’URL du Web Interface (avec le FQDN), pour que celui-ci soit interrogé. Cette configuration va souvent de pair avec un mode VDI, qui réalise l’authentification avant le lancement des applications, tout réduisant l’interface à son strict minimum.

Il est important de remarque que l’on ne spécifie aucune configuration liée à la ferme (liste de serveurs, paramètres ICA…), ce paramétrage étant poussé par le Web Interface.

 

2. Sans Agent Broker

Les générations plus anciennes nécessitaient une configuration différente, puisque le client interrogeait directement les serveurs Datacollectors, via le XML Broker. Plusieurs modes de configuration étaient alors possibles :

  • En auto-découverte NETBIOS, où les clients émettaient des trames en broadcast, auxquelles les serveurs répondaient. Cette méthode avait l’inconvénient d’encombrer le réseau, et ne permettait pas la présence de plusieurs fermes sur le réseau.
  • En interrogeant le XML Broker, via une adresse configurée sur chaque client. Cette adresse pouvait pointer vers un alias (citrix.domain.local par exemple), ou une adresse IP.
  • En auto-découverte DNS, en utilisant un alias ICA.domain.local, pré-renseigné sur la plupart des terminaux. Il suffisait alors de créer un ou plusieurs alias DNS (en round-robin), pointant vers les XML Broker.

 

Ce mode de fonctionnement ne permettait pas de découvrir des applications dynamiquement, et obligeait une configuration à la main (authentification, affichage, réglages ICA…).

De plus, certaines fonctionnalités, telles que la mobilité de session ou la haute-disponibilité ne sont pas disponibles, du fait de l’absence des Web Interface.

Malheureusement, ce mode est encore régulièrement utilisé, en configurant une liste de serveurs, ce qui devient problématique en cas de migration Citrix…

 

Pour plus d’informations sur l’auto-découverte : http://support.citrix.com/article/ctx624152

par .

Laisser un commentaire

*